Virginie Lerdung, coordinatrice pédagogie et scolarité, veille à la bonne organisation de l’école ESARC

Strasbourg
Depuis son bureau provisoire, situé non loin du nouveau campus qui accueillera à la rentrée l’école ESARC Strasbourg, Virginie Lerdung structure l’organisation des cours des trois classes de BTS. La coordinatrice pédagogie et scolarité recrute, planifie et prépare les emplois du temps de tous ceux qui débuteront les cours au mois de septembre. Mais plus qu’un simple casse-tête administratif et organisationnel, Virginie Lerdung veille avant tout au bien-être et à l’épanouissement des futurs étudiants, en ayant à cœur de leur proposer des temps d’apprentissage stimulants et enrichissants.

A quelques semaines de l’ouverture de l’ESARC Strasbourg, l’heure est à la préparation et à l’organisation pour l’équipe administrative et pédagogique, notamment pour Virginie Lerdung, coordinatrice pédagogie et scolarité. Son rôle ? Tout mettre en œuvre pour que la scolarité des étudiants se déroule au mieux. Elle sait où les étudiants doivent arriver, elle leur trace le chemin pour les y conduire au cours de leurs deux années d’études. J’ai une ligne directrice, mon rôle c’est de centraliser et de recentrer pour que l’on arrive au but”, explique-t-elle.

Depuis plusieurs semaines, Virginie Lerdung s’attelle au recrutement des intervenants qui dispenseront les cours aux étudiants de l’ESARC Strasbourg. La professionnalisation étant au cœur de la pédagogie de l’école, ce sont des intervenants professionnels en activité qui se chargeront de l’enseignement. Pour chaque matière prévue par le programme de la formation, Virginie Lerdung doit ainsi recruter celles et ceux qui dispenseront les différents cours. “Il faut que l’intervenant soit diplômé dans son domaine d’enseignement et ait une casquette professionnelle pour pouvoir amener les étudiants à la professionnalisation. Ce sont aussi des intervenants qui ont déjà une expérience dans l’enseignement ou la formation”, détaille Virginie Lerdung. 

Photo Virginie - ESARC - école BTS à Strasbourg

Des cours et des “bulles”

Une fois les intervenants trouvés, débute le casse-tête des emplois du temps, car Virginie Lerdung veille à ce que le programme de formation soit appliqué rigoureusement. “J’accompagne les intervenants mais je leur laisse une certaine liberté. Ils ont un nombre d’heures par semestre et par module à placer. On cadre ensemble la pédagogie et je les laisse faire leur positionnement. Je suis beaucoup dans la co-construction et le partage des bonnes pratiques ” L’emploi du temps des étudiants doit aussi respecter le rythme de l’alternance. Les étudiants seront ainsi en entreprise du lundi au mercredi puis en cours du jeudi au vendredi. Chaque matière représente ensuite un certain volume horaire qu’il faut diviser en créneaux de 3h30 de cours. “Une fois qu’on a le squelette type de la journée et de la semaine, c’est un puzzle avec des trous à compléter et à assembler”, sourit la coordinatrice pédagogique et scolarité. 

Les trois BTS (Professions Immobilières, Management Commercial Opérationnel et Négociation et Digitalisation et de la Relation Client), ayant cours au même moment, il est parfois possible de rassembler les classes afin de partager certains cours et ainsi mélanger les promotions entre elles.

 

Au-delà des cours prévus par le programme, l’ESARC Strasbourg tient à mettre en place des “bulles” : des temps d’apprentissage et de partage supplémentaires dont la forme diffère des cours traditionnels. “Ce sont des modules que l’on propose chez nous et qui sont en plus des cours prévus dans le référentiel, explique Virginie Lerdung. Ça peut être des challenges où les étudiants, quel que soit leur cursus, vont travailler ensemble autour de projets ou d’ateliers, ou des visites et découvertes professionnelles “hors les murs”.

 

Penser l’école de façon moderne

En réalisant les plannings, Virginie Lerdung veille aussi avant tout au bien-être des étudiants, l’une des priorités de l’école. “Je me mets à leur place, je me dis que je n’aimerais pas avoir des cours trop tard ou avoir de toutes petites pauses. On essaie de faire une planification aux petits oignons avec des journées de 8h30 à 17h. Les plannings sont faits à l’année.” L’objectif de la responsable pédagogique et scolarité, c’est avant tout que les étudiants viennent en cours avec plaisir. “Je veux que les étudiants aient l’envie de venir sur le campus. Ça passe aussi par la pédagogie : on veut être dans le partage et la co-construction, proposer des cours actifs, dynamiques et non descendants, que les étudiants passent un bon moment. On veut déstructurer pour restructurer d’une façon qui n’existe pas dans les écoles classiques. On essaie de faire en sorte que le programme soit plus vivant, plus professionnel. Il y a un cadre qu’on maintient mais on veut leur apporter quelque chose en plus, penser l’école de façon moderne”, réfléchit-elle. 

Penser l'école moderne - ESARC - école BTS à Strasbourg

Et le bien-être des étudiants passe aussi par la réflexion menée lors de la conception du campus. “On cherche à faire un lieu de vie et de partage, pas seulement un espace d’enseignement traditionnel. Nous avons d’ailleurs imaginé un lieu où l’on peut se poser, discuter, vivre et à la fois travailler”, insiste Virginie Lerdung.  

Tout au long de l’année Virginie Lerdung veillera alors à maintenir cette organisation et si besoin, à l’adapter. Elle aura également en charge le suivi des notes et des examens. A l’ESARC Strasbourg, les étudiants auront deux BTS blancs par an (un par semestre), afin d’être préparés aux attentes du rectorat. Les étudiants seront aussi notés à, au moins, deux reprises par matière et par semestre. “Cela permet d’avoir un suivi assez proche de la part des intervenants et pour les étudiants, d’arriver plus sereinement à l’examen national”, constate la coordinatrice pédagogique et scolarité. Afin d’assurer le suivi pédagogique des étudiants, des responsables de classe et des référents de filière ont été choisis parmi les intervenants. “Ces personnes vont nous permettre d’avoir une bonne coordination et d’être certains que la pédagogie soit fluide, qu’il n’y ait pas de redite ou d’enseignements manquants.” Virginie Lerdung gardera elle aussi un œil sur le bon déroulement des cours et des programmes des trois BTS proposés au sein de l’école. 

 

En attendant, la coordinatrice pédagogique et scolarité prépare le jour de la rentrée et se tient prête à accueillir les étudiants dans un campus flambant neuf.